04.06.18

Mort d'Antoinette Fouque, pionnière du mouvement féministe

Réussir son management
Mort d'Antoinette Fouque, pionnière du mouvement féministe

Antoinette Fouque (Lemonde.fr Antoinette Fouque) utilise le terme "féminologie", car elle exécre les "-isme" qui réfèrent à une idéologie. L'écrivaine développe la féminologie dans les pages de plusieurs ouvrages sortis entre la fin des années 80 et le début des années 2010. Naturellement, l'auteure a prêté sa plume à plusieurs ouvrages collectifs et pris part à de nombreux entretiens. Le combat d’Antoinette Fouque ne répond pas aux tentations de l'activisme féminin excessif, il revendique la maternité.

De l'éducation à la psychanalyse

En plus de sa mission d'enseignement, Antoinette Fouque se fait critique littéraire pour deux sociétés d’édition et écrit des notes de lecture pour une troisième. Après des études supérieures en Lettres, la jeune femme a travaillé dans l'enseignement. C’est en 1972 à la fac de Vincennes qu'elle participe à des débats sur la sexualité de la femme sous la houlette de la psychanalyste Luce Irigaray. Le critique littéraire Roland Barthes est son directeur de thèse. Antoinette Fouque décroche un Diplôme d'études approfondies. C’est pendant cette période qu’elle fréquente la romancière Monique Wittig.

Antoinette Fouque, éditrice et libraire

Lieux d’échanges, les librairies créées par Antoinette Fouque restent ouvertes jusqu'à minuit. Proposant plus de 600 livres voués à la pensée des femmes, la société d’édition d’Antoinette Fouque permet à de nombreux écrivains de sortir de l'anonymat. Les livres publiés par des femmes sont proposés dans sa première boutique dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés à Paris. Au début de la décennie 70, cette femme de lettres lance Les Editions des femmes, en même temps que les Librairies des femmes dans les 3 plus grandes villes françaises.

Antoinette Fouque, du MLF à l'AFD

A la fin des années 70, Antoinette Fouque et d'autres activistes décident de déclarer le MLF comme une association loi 1901. La grande militante quitte le Mouvement de libération des femmes au moment de son départ pour les Etats-Unis au début des années 80. Le mouvement est à cette époque victime de querelles intestines et perd de l’influence. Elle fait partie des militantes qui ont fondé le Mouvement de Libération des Femmes. Une nouvelle structure nommée l'Alliance des femmes pour la démocratie nait sous la houlette d’Antoinette Fouque lorsqu'elle rentre des USA à la fin des années 80.